topblog Ivoire blogs

vendredi, 17 mai 2013

SUR LES TRACES DE SAVANE




137174535835394196.gif







images.jpeg





SUR LES TRACE DE SAVANE



Depuis le 15 septembre 1954 où un ovni a été observé en cote d’ivoire, aucune observation officielle ne sembleavoir été jamais faite ou du moins signalée. Et pourtant, dans les années 97-98 une observation d’ovni et non des moindres se produisit dans la ville de Daloa au centre-ouest du pays.
Cela fut d’autant plus sérieux que l’observation était en réalité une histoire de contacté. L’homme, Savané, selon mes souvenirs devait avoir entre 45 et 55 ans et a fait l’objet d’une émission à la radio télévision ivoirienne(RTI) ; la télé nationale.Devant toute la nation donc, ce monsieur a rendu un témoignage palpitant qui a alimenté pendant longtemps les conversations domestiques.
Si nous tenons compte de nos souvenirs et de ce que nous avons pu glaner çà et là lors de nos enquêtes, le contact aurait eu lieu en plein jour par la rencontre d’un être apparemment de race noire. Après leur conversation, ils sympathisent et finissent par se donnez un rendez-vous en un lieu où Savané allait pour la première fois expérimenter le plus long voyage de sa vie.
Il est accueilli avec beaucoup de cordialité et bénéficie même du droit de visiter d’autres planètes où il put se rendre compte de la diversité de la végétation tant du point de vu de l’espèce que de la couleur.
Lui qui était à cette époque un analphabète ou presque, revint de ses pérégrinations avec de solides connaissances en mathématiques. Il expliqua et démontra dans l’élément télévisé d’alors les théorèmes et propriétés de Thalès et de Pythagore.
Après la RTI, d’autres personnes se sont intéressées à son cas notamment des blancs, peut-être européens ou et américains, venus l’interroger et le filmer. Certains membres de sa famille ou des proches en auraient même gardé des traces vidéo VHS. Malheureusement, ceux que nous avons pu joindre (par téléphone) n’avaient plus sur eux les cassettes, car l’évènement datait de longtemps.
Il est important de noter que Savané mourut quelques mois plus tard de façon inattendue emportant avec lui les secrets de son voyage. Nous lançons un appel à tous ceux qui détiennent encore des traces de son histoire où qu’ils soient de nous contacter à l’une des adresses suivantes :




Contacter le responsable de MUFON Côte d'Ivoire





SUR LES TRACES DE LAMA KAMAGATE


Parti de Tchénégbé (une localité non loin de Mancono) en un matin de 1965 pour Abidjan, lama Kamagaté né en 1943 ne se doutait pas qu’il allait vivre l’évènement le plus incroyable de sa vie.
En effet, il devait gagner Abidjan dans le cadre de ses activités d’entreprenariat en bâtiment. Aux environs de dix heures (10 h) chemin faisant, il est surpris par un groupe d’inconnu qui l’enlève pour une destination inconnue.
Ayant notés les indices de ce qui augurait d’une disparition, les villageois organisèrent une battu dans les environs afin de le retrouver et ce, pendant deux jours (02 jours).
Paradoxalement lama de son côté, voyait ces braves gens qui s’étaient lancé à sa recherche lorsque ceux-ci arrivaient à son niveau. A l’inverse de ceux-ci. Il les voyait tourner en rond dans la broussaille, cherchant en vain alors qu’il était là sous leurs yeux.
Lama passa cinq jours en compagnie de ses hôtes, cinq jours au cours desquels l’on allait lui enseigner ce qui allait modifier littéralement sa vie.
La nuit du rap, on l’obligea à danser, après quoi on lui remit des cauris qu’on disposa en carré.
On versa du sable sur le dallage de la demeure et on le fit asseoir là-dessus.
Ses ravisseurs lui expliquèrent qu’ils voulaient qu’il soit lanceur de cauris. Lama protesta signifiant qu’il serait incapable de le faire, mais il fut rassuré que tout lui serait enseigné.
C’est ainsi que le lendemain la formation commença. Lama signale que durant son séjour, il se nourrissait d’un breuvage laiteux disposé dans un creux au sol, accompagné d’aliments solides servis dans une feuille à même le sol.
Il rapporte que le lieu où il se trouvait avait une allure moderne avec deux types de constructions. la première était modeste et appartenait à des religieux et la seconde d’une allure luxueuse appartenant aux païens. Il y avait une dominance de vitre ou ayant l’aspect dans leur architecture.il n’y avait vu aucun véhicule et précise que ses ravisseurs se déplaçaient par lévitation (il en a vu un le faire).
Par ailleurs, les êtres qu’il a vus sont de race noire et d’une beauté extraordinaire. Ayant une préférence pour la race blanche pour ce qui est des contacts avec les terriens. Ils avaient de longs cheveux hommes comme femmes à la différence que les hommes nattaient les leurs en forme de crête dont le chignon tombait dans le dos. Leurs vêtements étaient une sorte de collant en pantalon pour les hommes et en pantacourt pour les femmes. Chose étrange, leurs pieds étaient inversés par rapport à ceux des humains. Leur chef, en tout cas celui qui semblait être le chef était handicapé et s’appelait Nê Zata.
Au termes des cinq jours, il fut donc libéré et c’est en 1974 qu’il rejoint Abidjan au quartier Belle Cité(BC) dans la commune d’Abobo où en une journée (du matin à 16heures) il obtînt 400 000 francs CFA grâce à sa nouvelle connaissance .il pratiquait l’art de lancer les cauris et celui de lire dans le sable à l’instigation des ses ravisseurs qui l’avaient accompagné.
Les derniers contacts de lama avec ses ravisseurs avant notre entretien remonte aux premier et deuxième tours des élections ivoiriennes.





Contacter le responsable de MUFON Côte d'Ivoire

Commentaires

Je souhaite apporrter ma contribution à l evolution de l ufologie en cote d ivoire

Écrit par : Assi | samedi, 15 juin 2013

si vous souhaitez apporter votre contribution à l evolution de l ufologie en cote d ivoire, contacter le au +225 46 56 40 75

Écrit par : kone | mercredi, 19 juin 2013

Les commentaires sont fermés.